Une technologie propre

Cycle Combiné au Gaz Naturel

Une centrale à cycle combiné au gaz naturel est une installation thermique produisant de l’électricité par la combinaison de deux moyens :

  • une turbine alimentée en gaz naturel dont la combustion avec l’oxygène de l’air va entrainer un alternateur qui produit de l’électricité, c’est le premier cycle ;
  • la récupération de la chaleur des gaz de combustion sortant de la turbine à gaz  produit de la vapeur. Cette vapeur va entrainer une turbine, qui, couplée au même alternateur (grâce à un embrayage automatique) produit à son tour de l’électricité, c’est le second cycle.

Cette combinaison permet d’augmenter la production d’électricité pour atteindre un rendement électrique de l’ordre de 58% (rapport entre la quantité d’électricité produite et la quantité de gaz consommée pour générer cette électricité).

Impact environnementaux

Au même titre que toute installation industrielle, l’impact potentiel d’une Centrale au Cycle Combiné au Gaz Naturel peut être limité par l’utilisation d’une technologie adaptée et par le choix du meilleur site d’implantation.

De toutes les technologies de centrales thermiques, les cycles combinés au gaz naturel sont de loin celles qui produisent le moins d’émissions par unité d’énergie produite.

A ce titre, l’Union Européenne a retenu la technologie du Cycle Combiné Gaz comme Meilleure Technique Disponible pour le respect de l’environnement, notamment du point de vue des faibles émissions atmosphériques rejetées en termes de rejets dans l’atmosphère, comparativement aux autres moyens de production thermique classiques susceptibles de répondre aux besoins identifiés en Bretagne. Le cycle combiné gaz est considéré en France comme le moyen de production permettant de répondre au mieux au régime de fonctionnement type « semi-base » (entre 2 000 et 6 000 h/an).

Cette technologie permet de répondre aux besoins de soutien du réseau électrique et correspond en matière de puissance nécessaire (422 MW) et de critères de disponibilité tels qu’identifiés par le Pacte électrique breton et la PPI (Programmation Pluriannuelle des Investissements de production d’électricité). La PPI est la traduction concrète de la politique énergétique dans le domaine de l'électricité. Elle doit permettre de vérifier la mise en ligne des objectifs de politique énergétique par un développement équilibré de la production nationale d’électricité, en termes de répartition entre énergies primaires, de techniques de production et d’implantation géographique des investissements.